61EC63rwX9L

 

Me voilà avec déjà ma troisième lecture de l’application Simplement Pro permettant de mettre en lien les auteur(e)s, Maisons d’éditions et Chroniqueurs. J’avoue que mes deux premières lectures furent agréables, celle ci que j’entame m’attire.

Je viens donc vous parler de : « Mon âme interdite » de l’Auteure Valerie Delahaye que vous retrouverez en interview novembre 2022 ici même sur mon blog.

Tout d’abord la couverture, si simple et pourtant si magnifique. Un couple amoureux au bord de la mer.

Résumé :

« À la mort de sa mère, Isabella se découvre une famille. Afin de respecter ses dernières volontés, elle quitte Bruxelles pour s’installer en Corse et suivre son père, figure locale de Calvi. Elle espère ainsi atténuer sa peine et se construire une nouvelle vie.

Quand elle rencontre Ange, c’est le coup de foudre. Le jeune homme, sous l’influence de son père, tente de reprendre sa vie en main après être passé près de la catastrophe. Sa rencontre avec Isabella, aussi inattendue que fortuite, va bouleverser sa vie et son cœur.

Cependant, comment construire une histoire d’amour quand leurs familles, aussi riches que puissantes, se détestent et mettent tout en œuvre pour les séparer ? »

Extraits : 

« Il m’indique d’un signe de main un véhicule, c’est à cet instant que je repère la voiture de luxe qui nous attend ainsi que le chauffeur. Je monte encore plus confuse et décide de me laisser porter.

Ma mère avait confiance en cet homme, je dois lui faire confiance à mon tour. Moi, qui me pensais orpheline, ma mère m’offre un père et une vie que je ne soupçonnais pas. La tristesse est moins lourde à porter avec ce nouvel élément.

Le trajet se fait en silence, à cette heure Bruxelles est encore calme et nous arrivons vite chez moi. J’ai du mal à réaliser que cet appartement n’est plus qu’à moi désormais. »

« Stressée et excitée, je descends de ma voiture pour emprunter le sentier qui m’amène à la crique où je dois retrouver Ange. Au final cela fait trois jours que l’on ne s’est pas vus. Son repos a été décalé et j’ai bien cru qu’il allait exploser de colère au téléphone.

Le temps est toujours agréable, il fait beau, le soleil brille et la brise marine rafraîchit les températures qui commencent à grimper. Je me demande si la Corse sait ce qu’est un ciel gris. Je pense n’en avoir jamais vu depuis que je vis ici. Je ne m’en plains pas, Bruxelles était souvent noyée sous la grisaille et la pluie. Même si les gens du nord détestent qu’on parle de météo, il faut reconnaître que le ciel gris est notre quotidien la plupart du temps. »

« Cette fois-ci, je suis vexée en plus d’être en colère, encore une fois elle remet en doute mon intelligence. Je suis peut-être plus jeune qu’elle, mais j’ai la tête sur les épaules et je sais reconnaître quelqu’un qui me veut du mal.

— Je t’assure que le Ange que je connais est le même que celui que tu fréquentes. Un type ignoble, égoïste, malsain, pervers et… volage. Je te parie qu’il doit bien s’amuser quand tu as le dos tourné avec cette brune qui lui sert de collègue.

Sous la surprise de son ton et de sa méchanceté je fais un pas en arrière. Je la savais sournoise, mais pas à ce point. J’avais cru que notre moment entre soeurs avait porté ses fruits et qu’on ne se faisait plus la guerre, mais apparemment j’avais tort. »

Me voilà plongé dans ma lecture ou je fais connaissance avec la première voix, la narratrice du prénom d’Isabella. Triste passage ou cette jeune fille bruxelloise, la vingtaine se retrouve chez le notaire après le décès de sa mère. J’avoue que cela me replonge dans les souvenirs car en mars 2021 j’ai également perdu la mienne. Ceci dit, je continue ma lecture.

Elle fait donc la connaissance de son père, en l’occurrence Pasquale Pietri, hôtelier dans la baie de Calvi en Corse. 

Après un début d’explications entre Isabella et son père, elle décide de respecter les dernières volontés de sa mère en partant pour l’île de beauté. Plus rien ne la retient en Belgique.

En arrivant en Corse, Isabella fait connaissance avec Natalia, sa demi-sœur. Évidemment le début de l’histoire fraternelle est assez tendue, la Corse n’accepte pas que son père est conçue une bâtarde.

Ce livre est écrit à la première personne, la lecture est simple, fluide et les mots sont choisis, l’auteure réussit à faire passer certaines émotions au grès des pages de cette œuvre. 

Il y a un passage qui m’a interpellé. Lorsque Isabella découvre la beauté de Calvi. J’avais déjà entendu ce genre de propos d’un ami Corse vivant en métropole. Qui me dit cela lorsqu’il part en vacances là bas , d’ailleurs je retranscris les propos de l’auteure, et n’hésitez surtout pas amis Corse à vous exprimer sur le sujet: 

« Pour la première fois depuis mon arrivée en Corse, je me sens bien.

Comme si cette ville était en moi depuis toujours. »

Au bout de quelques chapitres nous faisons connaissance avec une seconde voix narratrice, enfin plus précisément un narrateur. Ange Bartoli, serveur dans un brasserie sur le port de Calvi.

Isabella et Ange viennent de faire connaissance, que déjà j’imagine les futurs soucis. Entre les Pietri et les Bartoli, ou cette rencontre va mener les deux protagonistes?

Valérie a une perception des lieux qu’elle décrit à merveille et pour ma part, réussit à m’immerger sur l’île de beauté. Ça me donne même l’envie d’y aller.

Alors qu’Ange tente au détour d’une conversation d’en découvrir plus d’Isabella. Elle lui parle de sa mère, se remémorant ses paroles, elle ouvre une brèche à leur idylle, je retranscris ici les propos de l’auteure pour confirmer mes dires:

« — Ma mère était mon héroïne, sans elle je ne serai pas celle que je suis. Elle m’a toujours encouragé à suivre mon instinct et mes envies, à ne pas me préoccuper de l'avis des autres et à me battre pour ce que je voulais. »

Parce qu’entre Ange et Isabella, je suis convaincu que l’histoire qui va naître risque d’être compliquée. Non pas entre eux MAIS avec leur famille respectives d’ailleurs cette phrase de la belge est la meilleure des solutions à cet instant du livre:

« Pour une raison inconnue, je ne suis pas prête à parler d’Ange. Il est mon jardin secret et le restera un moment. ».

Je n’en suis qu’au début du livre, mais j’ai déjà envie d’en savoir plus. Valérie m’a rendu Addict à cette œuvre: « Mon âme interdite » que je vous invite à lire sincèrement.

Connaissant des Corses je ne peux que confirmer les propos de l’auteure lorsqu’elle écrit dans ce livre, je la cite une nouvelle fois :

« Je suis toujours admirative de la culture corse et de cette passion pour leur terre. C’est admirable et quand on vit ici on comprend pourquoi les corses veulent protéger leur île.

La vie y est agréable, le paysage à couper le souffle et une fois que la population vous a accepté y vivre est juste parfait. »

Les deux jeunes, en l’occurrence Isabella et Ange, passent de plus en plus de temps ensemble. Ils s’apprivoisent petit à petit, se confient l’un à l’autre. Je pense notamment a Ange qui parle de sa vie passée. Ils vont bien finir par savoir qu’ils sont membres de familles se détestant. 

Finalement, le drame finit par arriver. Malgré tout, que ce soit l’un ou l’autre ils ne peuvent accepter la distance tellement leurs sentiments sont forts envers l’autre. C’est là que l’on s’aperçoit que dans les familles c’est très compliqué parfois avec les histoires du passée.

L’histoire entre Isabella et Ange s’annonce vraiment très compliquée. L’amour sera-t-il à la fin plus fort que tout?… Telle est la question que je me pose MAIS pour découvrir la réponse je dois continuer la lecture : de « Mon âme interdite » de Valerie Delahaye, et je vous invite à faire de même, vous ne serez pas déçus sachez le.

Les familles Bartoli et Pietri se vouent une haine immense, malgré tout, Isabella et Ange s’accrochent l’un à l’autre. Vont-ils réussir à s’aimer malgré les avis parentaux si fermés et vivre l’histoire qu’ils désirent au plus profond de leur âme?… 

Évidemment, je ne peux en dire plus pour ne rien spoiler de ce livre écrit merveilleusement bien. Des mots forts et puissants pour définir l’amour, le coup de foudre MAIS aussi la démonstration de famille, enfin de pères portant des œillères aux sentiments que peuvent éprouver leurs enfants.

Je vais finir ce retour de lecture par un extrait de ce livre qui m’a profondément touché et ému. Il parle d’amour, je cite l’Auteure une ultime fois :

« — Mon cœur t’a choisi, poursuit-elle d’une voix faible. Le chemin ne sera pas facile, mais je refuse de baisser les bras et de mourir d’amour parce que je n’aurais pas eu le courage d’affronter nos familles.

Ses mots pénètrent mon âme. Je la crois, elle ne dit jamais rien au hasard, son émotion et sa voix tremblante sont la preuve qu’elle pense chaque mot. Un baume apaisant s’applique sur mon cœur, Isabella est le remède qui me manquait pour faire de moi une personne complète.

J’ai longtemps cherché pourquoi je ne trouvais pas ma place, pourquoi je défiais l’autorité parentale, pourquoi je me sentais si seul. Je n’avais pas encore rencontré mon âme jumelle, tout simplement.

Soudain tout s’éclaire dans mon esprit, hors de question que j’abandonne notre histoire.

— Je t’ai aimé à la seconde où je t’ai vu derrière ce bar, même si tu m’as agacée au premier abord, s’amuse-t-elle. »

Avant de clôturer ce retour d’un livre COUP DE CŒUR, OUI OUI J’assume mon propos je voulais vous entretenir sur Isabella, une protagoniste et narratrice avec une incroyable force de caractère, elle se laisse parfois abattre MAIS ça ne dure pas longtemps avant qu’elle ne reprenne le taureau par les cornes et surtout ELLE CROIT EN L’AMOUR!!!

Alors dites Moi tout?… Qui l’a lu ou à l’intention de le lire ?… Je veux tout savoir ?