IMG_2825

 

Hello Mon Cercle Amical je viens aujourd’hui vous parler d’un livre enfin un premier tome plutôt, dont j’ai découvert l’existence sur Facebook. L’auteure cherchait des chroniqueurs, je me suis dit : Pourquoi pas Moi?…

C’est ainsi que j’ai eu l’immense chance de lire « Beauté mortelle Tome 1 » de Sandra Wannes en auto édition.

Pour ne rien vous cacher, j’ai bien aimé la couverture: la silhouette féminine avec un flingue à la main m’a pour ainsi dire inspiré.

Résumé :

« La vie est parfois pleine de surprises. Je suis une tueuse à gages sans état d’âme. L’armée m’a formée à être un assassin sans pitié, à exécuter des cibles sans remords. Traquer mes proies, les chasser comme du pauvre gibier sans défense, c’est ma drogue, mes démons et jamais je ne voudrai m’arrêter.

Mais ça, c’était avant ma rencontre avec Juan Santos, chef de Los Muertos. Il est rusé et déjoue l’ensemble de mes plans. Il était ma cible, je suis devenue sa proie. »

Extraits :

« J’acquiesce d’un mouvement de tête. Une fois en sous-vêtements, je me pose sur le lit et la laisse me soigner en observant chacun de ses gestes. Une fois son travail effectué, elle range son matériel et, avant de sortir, attrape quelque chose dans sa blouse. Léonor me glisse un objet dans la main, un scalpel. Je suis surprise par sa démarche et le risque qu’elle prend, cependant elle me sourit à nouveau. Puis, sans même m’avoir adressé un mot, elle quitte la chambre. Je m’empresse de cacher, tant bien que mal, l’instrument entre l’oreiller et le matelas. »

« Sans même m’en rendre compte, mon corps lâche les armes et je me rapproche de lui, car au fond, tout ce qu’il dit me touche. Je pose une main tremblante sur sa joue blessée par mon coup de poing d’hier. À ce contact, mon cœur s’emballe et une douce chaleur envahit mon corps. Il maintient ma main collée à son visage en me fixant intensément. Seulement, ma raison me rappelle à l’ordre. Je romps notre lien, qui nous a unis un petit instant et, sans un mot de plus, pénètre dans la chambre que je ferme à clé, tout comme la veille à l’hôtel. Je clos mes paupières pour reprendre mes esprits. Je ne dois pas craquer, je me dois de rester concentrée afin d’exécuter sans état d’âme ma future victime. »

« Elle frissonne, et bon Dieu, à cet instant, je la ferais à nouveau mienne. Malheureusement, j’ai réservé et je n’ai pas le temps de la faire jouir de plaisir. Une fois dans la bagnole, je mets le contact et démarre à vitesse grand V. Vingt minutes plus tard, nous voici arrivés devant l’un des plus grands hôtels de la ville. Je stationne ma voiture de sport et un employé prend ma place pour s’occuper de mon magnifique joujou. Sam est face à l’entrée, immobile, les yeux grands ouverts en présence de la façade de marbre, entourée par d’immenses palmiers. Je l’observe un moment puis entrecroise mes doigts aux siens pour la faire revenir à moi et nous pénétrons dans le lieu où tout n’est que luxe, des murs aux plafonds. Je me présente à l’hôtesse d’accueil qui m’indique la salle du restaurant et me remets les clés de la suite que j’ai réservée. Je laisse un pourboire et retrouve ma beauté contemplant les parages. »

Me voilà plongé dans ma lecture ou je fais connaissance avec semble-t-il notre protagoniste en l’occurrence Sam, une tueuse à gages dont personne ne sait à quoi elle ressemble. Formée comme tireuse d’élite dans l’armée française, elle quitte l’institution pour se lancer dans une carrière en free-lance. Assoiffée d’adrénaline lié au sang, elle excelle dans son métier.

Pour votre information, sachez que l’histoire est écrite à la première personne, et au début de l’œuvre il n’y a qu’une seule voix celle de « Sam ».

Alors que notre narratrice se voit offrir une nouvelle mission au Brésil, commanditée par un cartel Mexicain pour exécuter deux gros pontes de Los Muertos en l’occurrence les frères Santos que sont Carlos et Juan, semble-t-il assez canon tous les deux selon Sam.

Dès le début, Carlos en séducteur, tente de séduire notre narratrice. Évidemment ça ne lui plaît pas et pourtant, déjà là, quelque chose me dit qu’il va se passer quelque chose entre eux. Je me permet de citer l’auteure pour l’occasion:

« —Bonne nuit, ma jolie, et fais attention à ton petit cul, me chuchote Carlos, tout en me faisant la bise.

En cet instant, je n’ai qu’une envie, lui coller un bon coup de pied dans ses couilles. Ce mec me sort par les yeux. »

Affaire à suivre, la suite de ce quelque chose entre eux, en poursuivant ma lecture de « Beauté mortelle Tome 1 »…

Alors que Sam se fait démasquer, c’est une nouvelle voix qui se lance dans la narration du livre, en l’occurrence « Blanca » la jeune mexicaine fiancée de Juan Santos. Qui devait à la base aider Sam dans le meurtre des têtes du cartel brésiliens.

En continuant ma lecture, je peux certifier que Sam est en mauvaise posture. Une nouvelle voix dans cette œuvre se déclare, celle de Juan Santos, le fiancé de Blanca. 

La plume si simple soit-elle de Sandra est addictive, il ne se passe pas un chapitre sans que j’ai envie d’en savoir plus. Elle décrit les scènes en utilisant habilement ses mots justes et sans fioritures ( quoi que parfois les détails sont trop développés), ce qui ne retire rien au plaisir de ma lecture.

Certains flashbacks font découvrir le passé de Sam, cela donne une valeur ajoutée à l’histoire qui se déroule au fil des pages de ce livre.

Notre protagoniste se retrouve impliquée dans une vengeance familiale. Pire encore, elle qui, d’habitude, maîtrise les tenants et les aboutissants d’une mission, se retrouve pour une fois à ne rien gérer, apprenant les informations au compte goutte.

Sam, presque tirée d’affaire, une nouvelle voix dans ce roman, celle de Carlos. L’un des deux « frères » Santos.

Dans cette œuvre les mots vengeance, trahison, secrets, infiltration, prennent tout leur sens et je vous invite à lire le première tome de « Beauté mortelle » par Sandra Wannes avant que le tome 2 ne voit le jour dans les moments à venir.D’ailleurs soyons très clair Sandra, j’ai trop hâte de lire cette suite avec ce tome 2 ultime.

Alors dites Moi tout?… Qui l’a lu ou à l’intention de le lire?… Je veux tout savoir ?