Dans le regard de Fred

20 janvier 2022

Le Jeu de la Provocation partie 4 Finale

PROVOC FINAL

 

Dès que nous arrivons sur le parking de l’asiatique, je retire ma main pour la porter à ma bouche, mais c’est Audrey qui la lèche, avec indécence, me regardant avec insistance. Encore une fois, cette attitude me fait littéralement bander.

Le restaurant est fort sympathique, nous dégustons des mets divins nous offrant à chaque bouchée des orgasmes gustatifs, nos yeux ne se quittent pas. Ce ne sont plus les regards échangés durant nos réunions, ils sont plus intenses, plus prometteurs, laissant envisager un week-end remplit de vices et de plaisirs.

Parfois, j’attrape un nem dans mes baguettes, que je porte à sa bouche, Audrey, égale à elle-même, l’avale goulûment, simulant ma queue qui s’engouffre dans sa bouche, ce petit jeu me met en appétit sexuel.

Dès la fin du repas, une certaine impatience mutuelle nous gagne, me faisant régler la note, avant même d’avoir consommé le dessert.

Ma salope, reconnaît alors, dès notre entrée dans la voiture, son envie d’être possédée, tout en m’embrassant d’une façon animale, encore une attitude que je ne connaissais pas.

— Audrey, aurais-tu des envies ?

— Des tonnes, pas toi ?

— Si, allons à la plage. Déclarais-je, en ricanant.

Pendant notre escapade, Audrey devient sauvage, me caressant le torse sous mon polo, dérapant sur mon jean, ce qui réveille ma queue. Les derniers kilomètres, sont complexes, gérant entre la conduite et la bestialité de ma catin.

Dès que l’on pose nos pieds dans le sable, nous n’avons pas le temps d’aller jusque dans les rochers, nos bouches s’unissent, mes dents mordent ses lèvres. Cela semble l’exciter encore plus, mais quand j’ose lui tirer les cheveux, elle se transforme en chienne en chaleur, je ne la retiens plus.

Ma sauvage me retire mes vêtements, je me retrouve nu sur cette plage, à même pas vingt trois heures. Audrey, se déshabille à son tour, écartant les cuisses face à moi, me laissant observer sa chatte béante de mouille, m’appelant à la débauche.

Malgré tout, ma salope aime jouer, alors nous allons nous amuser ensemble.

— Aurais-tu l’envie que je te baise ? Lui rétorquais-je le sourire aux lèvres.

— Oui Dan, prend-moi, j’ai envie de ta queue en moi.

— Alors, demande-moi, non, supplie-moi.

— S’il te plait, je te veux en moi. Me dit-elle avant que je ne lui coupe la parole.

— Applique-toi, met y de la bonne volonté, mon sexe ne te fait pas envie ? La questionné-je en tenant mon membre bandant en main.

Audrey, me regarde alors que je me masturbe, se léchant les lèvres, elle m’émoustille, mais je veux faire durer le plaisir.

— Caresse-toi, je veux que tu mouilles, montre-moi la chienne en chaleur que tu es !

Mes propos la pousse à me provoquer, elle se met à parcourir son corps de ses mains, en commençant par sa poitrine, triturant ses tétons fièrement dressés, puis descend jusqu’à son ventre et son mont de vénus. Elle caresse son clitoris, prenant un doigt en bouche, qu’elle glisse ensuite dans sa fente béante, se doigtant avec indécence, son regard lubrique plongé dans le mien.

— Tourne-toi ! Lui commandé-je autoritairement, avant de reprendre. A quatre pattes, je vais te baiser.

Elle s’exécute, et je me retrouve derrière elle, tandis qu’elle m’offre son fessier si bandant.

 Une vue totalement improbable, avec en toile de fond la mer méditerranée, Van Gogh n’aurait pas fait mieux comme tableau.

Je l’attrape fermement par les hanches, présentant mon sexe à l’entrée de sa chatte. Vu son excitation, sa cyprine coulant entre ses cuisses, je m’introduis en elle, la pénétrant bestialement, sans ménagement, criant à chacun de mes à-coups.

Je tente d’y aller encore plus fort, et Audrey, me supplie de continuer, encore et encore, mes allers-retours en elle, semble lui donner un immense plaisir.

Lorsqu’elle n’en peut plus, je sens son corps frissonner, son bassin s’appuyant contre moi, elle désire ma queue encore plus profondément, je me retire, pour finir dans son anus qui me réclame son dû.

Quelques claques sur son fessier en la pénétrant, et ma chienne devient intenable, jouissant sans retenue, allant d’orgasme en orgasme, juste le temps de sortir de son petit trou pour éjaculer entre ses fesses, mon sperme coulant donne une touche encore plus artistique à ce cul déjà sublime.

Lorsque j’y repense, dix huit ans après, Audrey, est toujours aussi attirante. Elle est devenue ma femme, ma soumise, et cette initiation à la domination, restera ancrée au plus profond de mes entrailles toute ma vie.

Posté par jean frederic à 07:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


18 janvier 2022

Le jeu de la Provocation Partie 3

PROVOC 3

Lorsque l’heure arrive, je la retrouve, toujours aussi jolie. Elle s’est changée, portant un chemisier blanc entrouvert sur un soutif noir et une jupe courte noire. Elle est superbe.

Je descends de la voiture pour fumer une cigarette, échangeant quelques banalités sur mon choix de cuisine entre autre.

— Audrey, ce soir nous mangerons asiatique, tu m’accordes toute ta soirée j’espère ?

— Je suis toute à toi jusqu’à lundi matin. Me dit-elle sûre d’elle. J’aime sa folie.

Les choses sont claires, ses propos me font bien comprendre qu’elle est mienne pour le week-end.

Dans la voiture, nous en profitons pour parler de ce jeu entre nous, m’avouant avoir un penchant pour certaines pratiques peu conventionnelles, par provocation certainement.

— D’ailleurs, tu ne sais même pas si j’ai écouté ton ordre de cet après-midi. Son air désinvolte me plaît énormément.

Cette salope veut que je glisse ma main sous sa jupe, mais j’ai de la répartie, je dois lui faire comprendre.

— Vu que je suis un dominant, je le ferais quand j’en aurais envie, sommes-nous bien d’accord ? Dis-je d’un ton autoritaire.

Ce rôle, même si je suis novice, laisse libre court à mon imagination, d’ailleurs, rien que cette pensée, laisse mon sexe gonflé, trop à l’étroit dans mon jean.

 Ce début de week-end, me plaît déjà.

Au volant de ma voiture, en direction du restaurant, je pose ma main sur sa cuisse, montant délicatement sous sa jupe, Audrey, toujours aussi joueuse, s’amuse à ouvrir et fermer ses jambes, la salope me provoque encore, m’empêchant d’atteindre son intimité. J’emploie alors la force, elle ne résiste pas, et aime mon autorité, me laissant entrevoir qu’elle ne porte aucun dessous.

— C’est incroyable de devoir te contraindre alors que j’apprécierais une totale docilité de ta part.

— Si tout était facile pour toi, ça ne serait pas amusant ne crois-tu pas ?

Certes, je commence à comprendre comment elle fonctionne : Audrey veut des ordres, c’est ainsi qu’elle se surpasse, certainement même que ça l’excite.

Sans réfléchir, je m’arrête sur le bord de la route, à l’entrée d’un chemin, coupant le contact, je sors, m’appuie sur le capot, allume une cigarette tandis qu’elle me rejoint.

— Alors, tu aimes les ordres, c’est ça ?

— Oui, ça m’excite Dan.

— Ok, alors, je vais t’en donner un de suite, à genoux et suce-moi !

Audrey, sans détour, s’agenouille devant moi, ses yeux plongés dans les miens, dégrafe les boutons de mon jean pour en sortir mon sexe bien dur.

Elle s’en approche, soufflant dessus, puis de ses mains le caresse tout en douceur et délicatesse. Parfois malaxant mes boules, alors qu’elle embrasse mon gland, le lèche avec ferveur. Elle veut me faire plaisir, elle y met toute sa passion, j’aime sa bouche.

Elle suce merveilleusement bien, mais alors, lorsqu’elle prend ma queue, la glissant entre ses lèvres du gland jusqu’aux testicules, je m’aperçois qu’elle est en fait l’experte que j’ai toujours rêvé.

S’appliquant à m’astiquer le membre, ses yeux ne quittent pas les miens, m’offrant une pipe magistrale, ses allers-retours me transcendent, m’excitent, me donnent un immense plaisir. Ma gourmande le rentre quasiment en entier dans la gorge et sans aucun souci, une experte de la gorge profonde assurément.

Après un bon moment à m’exciter avec ses mains exploratrices, sa bouche fiévreuse sur mon sexe si dur, elle reprend ses vas-et-viens doucement, puis plus bestiaux sentant que je vais jouir, elle accélère lorsque mes veines se gonflent.

Jusqu’au bout, elle engouffre ma queue dans sa bouche, jusqu’à l’explosion de mon sperme se répandant au fond de sa gorge, elle en profite jusqu’à la dernière goutte le gardant en guise de récompense.

Ça faisait si longtemps qu’une fille ne m’avait pas avalé. Décidément avec Audrey, je vais de surprise en surprise.

— Relève-toi, lui ordonné-je, elle s’exécute, léchant ses lèvres indécemment.

— Voilà comment je fonctionne, si tu as compris, alors nous irons loin ensemble.

Juste avant de remonter dans la voiture, je lui attrape les cheveux, tournant son visage vers le mien et lui adresse un baiser fougueux.

— Tu veux que je te donne des ordres, j’ai compris, nous verrons bien si tu es aussi audacieuse avec le temps, allez grimpe. Lui dis-je, en claquant ses fesses.

Audrey, un sourire radieux aux lèvres, prends place côté passager.

Durant le trajet jusqu’au restaurant, je retourne glisser ma main entre ses cuisses, sa chatte est béante, d’une infime chaleur, j’aime sentir son excitation pour moi.

Posté par jean frederic à 08:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 janvier 2022

RENCONTRE AVEC UNE AUTEURE INTERNATIONALE

   

sara agnès lHello Sara Agnès, je suis tellement heureux et fier de te recevoir, ici même, dans ma nouvelle aventure « Blog ». Sache que tu es ma toute première auteure internationale. 

Internationale est un grand mot, mais oui ! Coucou du Québec où il fait -18 en ce moment !

Alors, venons-en au fait ! Installe-toi confortablement, permets-moi de t’offrir, un café, un thé peut-être ou préfères-tu un mojito à moins qu’au Canada, il y ait d’autres boissons tendances ?

Je ne suis pas tendance hahaha, j’aime bien la bière, le vin ou le scotch, mais comme il est tôt ici, je vais me contenter d’un autre café, merci !

Bien, alors Sara Agnès, je vais être curieux, mais je suppose que tu t’en doutes bien, étant donné que tu as accepté cette entrevue. Tu es une fille, auteure, peut-être lectrice, sans oublier que professionnellement tu as un travail certainement prenant et une famille.

Donc, l’une de mes premières questions, comment fais-tu pour tout conjuguer ? 

Je m’organise, je suppose. Je vois plein de gens qui sortent, qui regardent les dernières séries Netflix, etc. Je ne suis pas très télé, sauf le soir avant de me coucher (ça m’endort) – sinon j’ai un horaire variable avec le travail. J’ai des périodes chargées et des périodes qui m’offrent la liberté de créer. Ça vient par phase. Et quand l’inspiration vient, j’avoue que le reste passe à un second niveau.

Je vais me pencher plus vers ton activité d’auteure si tu me le permets : quel est le cadre idéal où tu aimes écrire ?

En fait, je peux écrire n’importe où. J’aime bien le matin, quand ma tête est vide des soucis de la journée, ou alors le soir quand mon fils dort. Mais techniquement, partout, je peux écrire. J’ai un gros ordi (que je préfère), mais aussi un portable et un Ipad avec clavier intégré, ainsi que deux cahiers effaçables si j’ai envie de mettre l’écran de côté. L’été, je vais au parc avec le Ipad et j’écris pendant que mon fils joue. L’hiver, je démarre le petit chauffage d’appoint et je me prépare un thé pour écrire dans mon bureau. Si j’ai du temps (et de l’inspiration), je le mets souvent à profit pour avancer un roman.

Même si je suis conscient que les auteur(e)s se servent de leur vie pour écrire, je désire en découvrir plus sur tes sources d’inspirations, quelles sont-elles ?

Ah non, moi, c’est écrire loin de ma vie qui me plaît. C’est d’explorer tel type de personnage ou tel type de situation. Écrire de ma vie ne m’intéresse pas du tout. C’est plutôt de sortir de ma vie qui m’intéresse (attention : je l’aime, ma vie, mais ce n’est pas ce qui me donne envie de créer !) Ce qui m’anime, c’est de donner vie à des personnages qui eux, sont probablement des extensions de ma personne (mais ça, ça reste encore à prouver hahaha)

Quant à l’inspiration elle-même, ce sont plutôt des thèmes qui me sont chers qui donne un sens à mes histoires : l’identité (pourquoi faudrait-il n’en avoir qu’une ?), les limites, la norme (pourquoi le couple doit-il être une équation de deux, par exemple), le deuil (qui change énormément notre perception de la vie), la reconstruction, la notion d’intimité, etc. En érotique, c’est génial d’explorer tout cela. Nous sommes partis d’un monde où la virginité était pratiquement un dogme pour une société où le sexe est devenu un jeu et où tout (ou presque) est permis ! C’est fou, quand on y songe, quand même ! Et entre un extrême et l’autre, il a des nuances fort intéressantes à observer.

Qu’oserais-tu dire à des lectrices et lecteurs potentiels qui n’ont pas encore eu la chance de te lire ?

Il faut aimer le chaud. Si je signe sous pseudo, c’est qu’il y a beaucoup de scènes hots ! Mais après, derrière, il y a toujours un thème qui me plaît. Il faut être prêt à se laisser bousculer. À serrer les dents, parfois. Il m’arrive d’être tendre, mais j’ai des mauvais jours et mes personnages en bavent aussi. On peut dire que je vais dans beaucoup de directions. De ce fait, je suggère de bien choisir le texte issu de ma plume, car oui, je fais de la romance érotique, mais aussi dans le roman érotique beaucoup plus hard.

Si tu avais le choix d’un ou une auteur(e) pour un quatre mains, qui choisirais-tu ?

J’ai déjà fait un six mains, mais c’est encore dans le tiroir – non terminé (mais presque) et ce n’est pas sous pseudo. En bref : je ne suis pas bonne pour les pleins de mains. Je suis incapable d’écrire sur commande. Ça brouille mon inspiration. Je ne pense pas être douée pour ça. Je vois le décalage entre mon écriture et celle des autres (plus poétique, bien souvent, plus descriptive) – j’ai la sensation de casser le rythme.

Pourrais-tu me parler de tes livres déjà publiés ? 

Oulà. Il y en a trop. Si on cherche de la romance érotique, il faut aller voir du côté de Contrat avec un salaud, Tout pour toi, L’amour fou et L’Or et la nuit. Pour des trucs plus hard, j’ai une dark nommée : Pour un éclat de lumière ou allez franchement voir ma trilogie Annabelle. Cela dit, j’explore différentes choses dans La Muse et SOS Fantasmes. Il y a toujours un petit volet distinctif dans l’un comme dans l’autre. Et comme je ne peux pas tous les énumérer, il vaut mieux aller jeter un œil sur mon site : www.saraagnesl.com (oui, j’en ai beaucoup !)

Ton tout premier manuscrit fini ?

En érotique ? Annabelle. Un magnifique trip d’écriture. Assez pour en faire un tome 2, des années plus tard. Et un 3e encore beaucoup plus tard. Mon second, ç’a été Zoé, car on voit beaucoup d’hommes infidèles, mais rarement de femmes (on les déteste toujours) et j’avais envie d’explorer cette facette souvent attribuée aux hommes avec Zoé. D’ailleurs, on peut le télécharger gratuitement en s’abonnant à mon infolettre !

Tu es auto éditée ou en maison d’édition et pourquoi un tel choix ? 

L’érotique a été une mode après Fifty Shades. Les éditeurs en cherchaient et sortaient beaucoup de titres pour essayer de saturer le marché. Une fois que ça a été fait, tout a cessé. J’ai eu la chance de pouvoir sortir des titres ainsi, dans plusieurs maisons d’édition, en prime, mais j’avoue que ça n’a pas toujours été un mariage heureux. Et comme je suis assez douée avec la technique, je trouve désormais bien plus simple de m’autoéditer. Je ne dis pas que je ne retournerai pas en maison (je le fais d’ailleurs sous mon nom), mais pour l’érotique, je suis plus prudente. Et j’adore la liberté que ça me procure !

Depuis que tu écris, tu as réussi à rassembler autour de tes livres un lectorat français, les rencontres dédicaces ici en France ne te manquent-elles pas ? 

J’adore les salons et je suis une vraie pipelette donc… certainement que ça me manque ! J’en fais à Montréal et à Québec ! Un jour, j’irai chez vous (surtout qu’avant la pandémie, j’y allais chaque année), il reste à savoir quand – et s’il y aura des gens au rendez-vous !

Accepterais-tu de me glisser quelques mots sur le salon international du livre de Montréal ? (Pour l’anecdote, je rêve d’aller visiter le Canada et évidemment venir à ce salon pour toi. Seul souci c’est qu’il me faudrait une immense valise, pour ramener tes nombreux livres à dédicacer. Je ne les ai pas tous).

Alors c’est plus petit que Paris, pour ce que j’en sais, mais c’est toujours un lieu très stimulant, avec des passionnés de livres partout. Pendant des années (voire toujours), ça se tenait à la Place Bonaventure, mais cette année, c’était au Palais des Congrès et j’ai beaucoup aimé la formule (certains préféraient la version précédente, car c’était un espace plus carré - maintenant c’est rectangle – très long, mais pas très large – mais je trouve ça plus simple d’accès et plus lumineux aussi). Cette année, on a eu la chance de le tenir en présentiel, alors que tous les autres avaient été annulés. Certes, on était tous masqués, mais c’était un moindre mal ! J’espère vraiment que ça pourra revenir l’an prochain ! C’est tellement chouette pour l’auteure de voir ses lecteurs !

Avant de conclure le chapitre auteure, peut-être as-tu envie de m’offrir un scoop sur ton futur projet ?

Eh bien, je vais sortir une romance historique érotique le mois prochain (qui l’aurait cru ?!) J’avoue que je me suis beaucoup intéressée à l’historique, ces deux dernières années, mais un érotique sous cette bannière m’est venue assez récemment. J’ai une autre idée vraiment plus hard, mais je n’ai pas encore terminé trois histoires SM alors ça devra attendre hahaha. Je suis aussi en négociations avec une maison pour un autre titre à paraître à l’automne (je dis un, mais en fait, c’est deux, sauf que le second doit être bouclé d’ici un mois – souhaitez-moi bonne chance !) Dans ces deux textes, il y a un truc particulier qui touche un thème qui me plaît follement : peut-on tomber amoureux par le biais des mots ? Sans avoir jamais vu la personne derrière ? J’ai fait le pari d’y croire et c’était absolument divin à écrire. Pour l’autre texte, il est plus classique, avec beaucoup d’humour.

Et pour ceux qui suivent mon infolettre, je travaille sur un texte SM avec une switch et un macho dominant. Ils ont pu lire le début, tout récemment. Je pense que ça leur a plu !

Voilà, nous arrivons bientôt à la fin de cet entretien MAIS, serait-il possible que tu glisses les liens ou l’on peut te découvrir ?

Tout simple : www.saraagnesl.com – sinon sur Facebook ou sur Instagram ! Au plaisir !

Sans oublier de t’interroger sur mon blog, comment trouves-tu mon idée ?

J’aime bien l’idée de découvrir des gens. Le blog se meurt doucement au profit des réseaux sociaux qu’on scrolle sans lire, vraiment, alors je trouve que c’est bien de lui redonner un peu de vie ! Moi, j’aime que ce soit fixé. Je suis très attachée au web (je dois être vieille hahaha 

Et enfin, étant donné que nous venons d’entrer dans une nouvelle année, quels sont tes vœux et résolutions pour l’année 2022 ?

Qu’on soit bienveillant envers nous et les autres. Je trouve que la haine a pris trop de place, ces dernières années, surtout sur les réseaux sociaux. Sous prétexte qu’on a tous une opinion, on a se sent souvent forcé de la partager et de l’imposer. Je suis sidérée de voir les gens aller déverser leur fiel sur les pages d’artistes pour leur dire : c’est nul, tu es moche, etc. Ces gens auraient-ils le courage de le faire en vrai ? J’en doute. Je trouve que la haine n’a pas sa place dans ce monde qui a tant besoin de solidarité. On devrait faire taire les grandes gueules qui font tout pour avoir de l’attention, au profit de choses positives. En bref : soyez bienveillants. L’amour manque cruellement à ce monde. Pas étonnant que j’écrive des romances ! (Parfois) (souvent). 

Sara Agnès, je te remercie profondément de m’avoir accordé ce temps, même si je sais vu tout ce que tu fais, qu’il t’en manque. Je t’embrasse et j’espère te rencontrer bientôt.

Avec plaisir ! Quand je te dis que je suis une pipelette ! tu vas me croire, maintenant ?!

 

Posté par jean frederic à 10:06 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

14 janvier 2022

Designated Survivor

Designated Surivor

Designated Survivor

J’ai vu pour vous cette une série américaine créée par David Guggenheim. Trois saisons sont à ce jour diffusées sur Netflix, proposées pour un public de 13 ans et plus.

Parlons tout d’abord de l’histoire ! Un secrétaire au logement et au développement urbain, Tom Kirkman, joué à merveille par l’acteur Kiefer Sutherland se retrouve, suite à un attentat visant le gouvernement, président des états unis.

Dans le capitole, au moment de ce drame, il y avait évidemment le président ainsi que son vice-président, l’ensemble du cabinet et la totalité des membres du congrès. Seul le secrétaire en question ( Tom Kirkman) n’était pas présent, isolé et encadré par le secret service (service secret protégeant la maison blanche) dans un lieu tenu secret. Pratique très utilisée par le gouvernement américain en cas d’événement dramatique, désignant une personne pour prendre les commandes du pays.

C’est ainsi qu’un simple secrétaire se retrouve président des USA.

Pour ne rien vous cacher, je n’ose m’imaginer survivant désigné. Une vie littéralement chamboulée à gérer un pays sans y être préparé et surtout sans le vouloir réellement. Bon, ceci étant dit, j’ai toujours rêvé d’avoir une grande maison pour pouvoir ranger mes nombreux livres, pourquoi pas la Maison Blanche ?

En tout cas, le président par la force des choses, va relever le défi haut la main, malgré sa gentillesse et son humanité. Certes, chaque jour il va devoir apprendre qu’il ne peut faire confiance qu’à très peu de monde, se faisant malmené fort régulièrement par ses opposants. 

Bref, vous l’avez compris, ce n’est pas évident chaque jour pour lui mais il forge son caractère pour tenter d’être à la hauteur de son nouveau statut, prenant parfois des décisions difficiles, voire impossibles. Cette série et plus principalement cet homme, m’ont énormément touché. J’ai pris plaisir mais aussi stressé avec le personnage, voulant toujours en savoir plus sur l’histoire.

Pour vous faire comprendre un peu mieux les choses : imaginez-vous en à peine quelques minutes, devenir l’une des personnes les plus importantes et influentes au monde. Que vos moindres faits et gestes soient surveillés, scrutés, analysés par tous les médias du monde entier.  

Les lieux de tournages sont très proches de la réalité, les acteurs sont bien ancrés dans leur rôle, sans artifice. J’ai vraiment apprécié cette série et je tenais à vous en parler ici même.

D’ailleurs, l’avez-vous vu ? Qu’en avez-vous pensé ? Vous verriez-vous projeté à la présidence de votre pays ? Dites-Moi tout.

Posté par jean frederic à 07:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 janvier 2022

Rendez-vous avec une Amie multi-casquettes!!!

OCTAVIEHello Octavie, je suis heureux et fier de te recevoir, ici même, dans ma nouvelle aventure « Blog ».

Alors, venons-en au fait ! Installe-toi confortablement, permets-moi de t’offrir, un café, un thé peut-être ou préfères-tu un mojito ? 

Hey, coucou. Alors j'avoue que le mojito fut un temps m'aurait bien plu mais je suis davantage Pina Colada. Sinon un thé fera très bien l'affaire. Jamais de café pour moi, ne me demande pas pourquoi, je déteste ça. 

Bien, alors Octavie, je vais être curieux, mais je suppose que tu t’en doutes bien étant donné que tu as accepté cette entrevue. Tu es une fille disons « multi-casquettes », auteure, chroniqueuses, certainement lectrice, sans oublier que professionnellement tu as un travail prenant, ton rôle de maman avec une merveille née il y a quelques mois à peine.

Donc, l’une de mes premières questions, comment fais-tu pour tout conjuguer ? 

Hahaha, très bonne question. Alors pour le moment je suis en congé maternité, donc ça me laisse le temps de lire voire même écrire de temps en temps. Pour ce qui est des chroniques, comme tout ce que je lis j'en donne un avis que ça soit un service presse ou une lecture personnelle, je traite toutes mes lectures de la même façon. Pour les partenariats, il y a juste un petit peu de pub à faire en plus. Pour l'écriture, je le fais essentiellement le soir mais à mon rythme. Je ne veux plus être bloquée comme je l'ai été dans le passé. Presque deux ans sans écrire, c'est assez compliqué à vivre. Mon rôle de maman c'est H24, donc la priorité c'est ma famille. Rares sont les moments où je ne reste à rien faire. Quand je reprendrais le boulot, j'aurais juste un peu moins l'occasion de lire en journée en tout cas. 

Je vais me pencher plus vers ton activité d’auteure si tu me le permets : quel est le cadre idéal ou tu aimes écrire ?

Pas spécialement de cadre chez moi, juste mon canapé, ma playlist de musique pour écrire et mon ordinateur. 

Même si je suis conscient que les auteur(e)s se servent de leurs vies pour écrire, et malgré le fait que je sois très certainement Ta Muse secrète (sourires taquins), je désire en découvrir plus sur tes sources d’inspirations, quelles sont-elles ?

Oui, tu es ma Muse secrète mais chut personne ne doit savoir. Alors mon inspiration est très étrange. Elle peut venir d'une simple image, d'un instant, d'une musique, d'une série, d'une lecture… mais lorsque ça arrive, il faut que je note tout de suite ce qu'il de passe dans ma tête pour être sûre de pouvoir y revenir plus tard. Et parfois ça n'a rien à voir avec ce que j'ai eu sous les yeux. 

Qu’oserais-tu dire à des lectrices et lecteurs potentiels qui n’ont pas encore eu la chance de te lire ? (Je sais et j’en ai honte, mais je fais partie de ces gens-là)…

Je ne force personne à me lire. La lecture, c'est comme l'écriture, il faut être inspiré pour aimer ce qui se trouve sous nos yeux. Alors, je leur dirais tout simplement, si vous aimez l'émotion, les différences, les héros loin d'être parfaits, alors foncez 😉

Si tu avais le choix d’un ou une auteur(e) pour un quatre mains, qui choisirais-tu ?

Alors pour le coup ça s'est déjà produit, et indéniablement, je ne changerais pour rien au monde ma co-auteur qui se nomme Aurore LC. Il y a d'autres auteurs avec qui j'aimerais tenter l'aventure mais rien n'est sûr et surtout pas certaine que malgré nos atomes crochus en dehors de l'écriture ça soit le cas au travers de cet exercice. 

Pourrais-tu me parler de tes livres déjà écrits ?

Alors j'ai tout d'abord co-ecrit Passion Dangereuse avec Lety MT, ce fut notre tout premier bébé à toutes les deux. Même s'il n'a pas été parfait et que son parcours a été chaotique, je ne regrette pas du tout l'aventure, c'est ce qui m'a permis de connaître le monde de l'édition. A suivi, Lost souls et Found souls, une duologie que j'ai écrit en solo. Une romance dramatique qui dénonce les différences et la reconstruction de soi. Ensuite, il y a eu un petit recueil d'anecdotes, Les déboires de Zoé, humoristique et très érotique. Une nana déjantée dont les frasques sont mémorables. Il reverra peut-être le jour mais sous forme de véritable roman, avec une vraie histoire autour de ses petites anecdotes... Off course. Puis vient le tour de mon MM, REVEAL, une romance dramatique entre deux hommes qui apprennent à se découvrir l'un l'autre mais les apparences sont parfois trompeuses 😉

Actuellement, vous pouvez découvrir mon nouveau 4 mais, co-ecrit avec Aurore LC, BECAUSE IT'S YOU, une romance universitaire qui dénonce le harcèlement scolaire, la grossophobie et la différence encore une fois. Et dernièrement, vous pouvez retrouver ma plume solo dans le recueil de Noël de Studio 5, ma nouvelle maison d'édition, avec une petite nouvelle spicy sur le thème de Noël, le titre du recueil se nomme Pretty little stories of Christmas. 

Ton tout premier manuscrit finis ?

Le tout premier ce fut Passion Dangereuse, la première écriture solo fut la toute première anecdote écrite dans les déboires de Zoé. Mais ce fut ma duologie Lost souls et Found souls qui fut terminée en premier en solo. 

Tu es auto édité ou en Maison d’édition et pourquoi un tel choix?……

Je n'ai été édité qu'en maison d'édition. Pour moi c'est le choix le plus simple et le plus réglementaire au vue de mon activité professionnelle. L'auto édition n'est pas pour moi. J'admire ceux qui arrivent à tout conjuguer pour vivre de leur passion. L'écriture restera, pour moi, une passion. 

Je ne sais pas s'il faut préciser que les autres romans hors Because it's you et le recueil de Noël, ne seront bientôt plus en vente puisque j'ai récupéré mes droits dans mon ancienne maison d'édition. En attendant, quelques uns restent encore disponible sur Amazon.  

Avant de conclure le chapitre auteure, peut-être as-tu envie de m’offrir un scoop sur ton futur projet ?

J'ai du mal à divulguer des scoops car je ne suis jamais certaine de terminer ce que je commence. Oui, je sais ce n'est pas bien. 🤣

Mais, ça sera très probablement une Dark romance qui s'est imposé à moi alors qu'à la base ça ne devait être qu'une romance prof/élève… 

Passons à l’aspect lectrice et chroniqueuse. Comment choisis-tu tes lectures ? Quels sont tes styles de prédilections ? 

Tout d'abord le genre, il faut que ça soit de la romance avec les autres genres j'ai beaucoup trop de mal à apprécier. Ensuite la couverture et le résumé font le reste. Mes prédilections vont vers les romances contemporaines, les Dark romances, les romances dramatiques...

Ton auteur(e) favori(e) ? (Des raisons évidentes à ton jugement …)

Difficile de n'en choisir qu'un seul. Celle qui arrive à me transporter comme personne, je dirais ENA L. Mais en ce moment, il y a deux autres auteurs que j'apprécie énormément lire, il s'agit de Livi Dreem et Noémie Conte. 

Le tout premier livre que tu as lu, c’était quoi ?

Le tout premier de ma vie ?? Parce que ça devait être un truc dans le genre Babar ou barbie 🤣. Mes premières lectures étaient à l'âge de 4 ans. Mais disons qu'à l'âge de 9 ans j'avais un goût prononcé pour les Chair de Poule et les Harry Potter, et chut mais j'aimais aussi les romans de Stephen King. Il fut le premier auteur dont j'étais vraiment fan. 

Ton coup de foudre littéraire ? Le livre qui t’a le plus bouleversé ? (Les raisons à cela)

The missing obscession de Leni Angel Arekin. Je ne peux expliquer la raison car ça spoilerait ce chef d'œuvre. Car oui, pour moi c'est un chef d'œuvre. J'ai mis plusieurs jours à m'en remettre. 

Pour nourrir ma curiosité, j’aimerais aussi te demander si tu regardes la télévision, des séries peut-être ou des films, dis-moi tout ?

Oui, quand je ne suis pas dans une frénésie d'écriture, je suis dans les séries. En passant par Grey's Anatomy, Nip Tuck, Desperate, stranger Things, Sex éducation, Californication, Outlander, You… comme tu peux le voir, très éclectiques. 

Et la musique dans ta vie, a-t-elle une place ? tes goûts …

Oui, la musique a beaucoup de place. J'en ai besoin pour écrire. Avec une préférence pour les groupes comme Colplay, Muse, London Grammar….

Voilà, nous arrivons bientôt à la fin de cet entretien MAIS, serait-il possible que tu glisses les liens ou l’on peut te découvrir, que ce soit ton statut auteure ou chroniqueuse ?

Pour mes actualités auteur, j'avais une page mais j'y vais très peu, donc sur mon profil Facebook tout simplement, et mon Instagram. Je t'enverrais les liens en mp 😉

Et pour mon compte chroniqueuse , il suffit de taper Les chroniques d'octavie sur Instagram et Facebook et vous aurez tout. En sachant que sur Facebook les chroniques sont plus complètes que sur Instagram car nous sommes limités en nombre de caractères sur insta.

https://www.facebook.com/Les-chroniques-dOctavie-1542458346061932/

https://www.facebook.com/octavie.demanneauteure.1

Sans oublier de t’interroger sur mon blog, comment trouves-tu mon idée ?

J'adore ça. Le concept et le fait que ça soit toi. Tu aimes communiquer et c'est un excellent moyen de le faire. Si tu as envie j'ai plein d'auteurs à te proposer pour tes interviews. 😉

Et enfin, étant donné que nous venons d’entrer dans une nouvelle année, quels sont tes vœux et résolutions pour l’année 2022 ?

D'être tout simplement heureuse, que mes enfants soient en bonne santé et grandissent du mieux qu'ils le peuvent dans ce monde de fou. Et plus personnellement, de finir un roman et pourquoi pas le voir édité. 😉

Octavie, je te remercie profondément de m’avoir accordé ce temps, même si je sais vu tout ce que tu fais, qu’il t’en manque. Je t’embrasse et j’espère te revoir bientôt.

Posté par jean frederic à 07:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 janvier 2022

Le Jeu de la Provocation partie 2

PROVOC 2

 

Dès le lendemain, je me lève et lui envoie une invitation à déjeuner. Mais la garce, m’offre un silence radio total durant toute la matinée, même en réunion ce matin, aucun regard, ni provocation juste de l’ignorance, j’ai voulu jouer, je suis en train de perdre.

11h50, décidant de rester au bureau pour avancer dans mes dossiers en cours, je reçois un sms de sa part assez explicite « A de suite ». J’avoue que celui-ci me ravit au plus haut point.

Heureusement que j’avais eu l’idée de lui fixer un rendez-vous en face de mon bureau, dans un restaurant ayant une très belle carte. Le temps de traverser la route, je m’installe à une table, histoire de la voir arriver. Oui, j’aime l’admirer lorsqu’elle déambule, Audrey m’attire, c’est indéniable.

Je n’ai pas à attendre longtemps, ma collègue arrive, avec son allure heureuse, désinvolte, en m’adressant un magnifique sourire ravageur. Elle me fait la bise en se penchant sur moi, me laissant une vue imprenable sur son décolleté.

— Tes désirs sont des ordres. Me dit-elle en souriant, me glissant un string de couleur noire dans la main. 

J’avoue être assez surpris sur le coup, curieux de son audace, mais, après quelques secondes, je reprends mes esprits et passe tout le repas à la provoquer, faisant allusion à ce que je pourrais faire avec son string.

Appréciant cette sensation si bizarre, d’avoir un infime pouvoir sur cette délicieuse créature. Avant cet épisode du string, je ne m’en serais pas douté une seule seconde.

Avant la fin de notre déjeuner, il fallait impérativement que je comprenne son attitude.

— Si mes désirs sont des ordres Audrey, j’ai hâte de connaître tes limites ? L’interrogeais-je le ton taquin.

— Laissons-nous aller et nous verrons ensuite. Me répond-elle en souriant.

Cette femme me plaît énormément, j’apprécie son audace, et notre différence d’âge ne me dérange pas, même si je n’ai jamais eu de partenaire plus mûre. 

Toute l’après midi, je reste à mon tour silencieux, la snobant même en réunion, tandis qu’elle me dévore du regard. Mais je ne peux m’empêcher de la taquiner je sors discrètement son string le sourire aux lèvres.

J’aime jouer, et Audrey aussi semble-t-il, alors je lui glisse un petit sms, lui fixant un rendez-vous pour le soir même à 18h00 devant son bureau, en concluant farceur, qu’elle n’attrape pas froid sous sa robe. Mais cette salope me provoque dans sa réponse m’informant qu’elle compte sur mes doigts explorateurs pour la réchauffer.

Audrey, est une coquine, une compétitrice, et grâce à elle, je découvre petit à petit comme c’est puissant, et ô combien excitant d’avoir le pouvoir sur une femme. Cette situation me fait réfléchir, car au fond de moi, c’est un défi d’aller le plus loin possible. Qui sait, peut-être découvrirais-je ses limites, ou les miennes.

Posté par jean frederic à 07:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 janvier 2022

Le jeu de la Provocation Partie 1

PROVOC 1

Que le temps passe vite, déjà 18 ans que notre histoire a vu le jour. Je me rappelle encore de ce fameux vendredi, quel souvenir ancré en moi.

Septembre 2001, je viens de rentrer d’un début de saison en club de vacances, m’étant lassé des rencontres d’un soir où le lendemain je ne me rappelais même plus le prénom de celle dont j’avais encore l’odeur sur ma peau. J’avoue qu’en plus, je n’avais plus la motivation ni l’envie de me lever le matin pour travailler dans ce genre de lieu. Un rendez-vous avec mon directeur pour lui annoncer mon départ imminent et retour dans mon Sud de la France.

Après quelques jours de repos dans la demeure familiale, me voilà à consulter les annonces de l’ANPE, où, même si le travail ne court pas les rues, j’ai la volonté et l’envie de retrouver quelque chose au plus vite. Une annonce m’interpelle : « Recherche chef de projets événementiels… Ce poste est à pourvoir rapidement », la semaine suivante, je me retrouve dans le bureau de monsieur le maire pour signer mon contrat.

Comme d’habitude, je prends mes nouvelles fonctions avec passion. Lorsque j’arrive le matin, je m’enferme dans mon bureau, analyse l’urgence, la traite rapidement. Apparemment, mon travail a été remarqué car quelques jours suffisent pour recevoir une première invitation, ayant pour objet l’organisation d’un festival au service tourisme.

La directrice me présente à l’équipe, mais une seule retient mon attention ce jour-là, Audrey, une petite brune aux yeux verts, plus âgée que moi, portant une robe blanche Desigual qui, soit-dit-en-passant lui va à merveille.

N’ayant pas un physique commun, ma différence, ou mon originalité, selon les différentes visions, ne me laisse pas envisager qu’une fille puisse s’intéresser à moi, hormis dans le contexte du coup d’un soir.

Malgré tout, je suis quelqu’un d’assez audacieux, d’entreprenant, et j’ose tenter lorsque ça en vaut la peine. Suite à cette réunion, j’ai donc téléphoné au service tourisme, en trouvant une excuse, dans l’espoir d’entendre la voix d’Audrey.

Les jours passent, je la vois souvent, nos regards se croisent, je tente de lui envoyer un message sur notre réseau interne municipal, l’ancêtre d’internet.

Nos échanges deviennent moins professionnels, plus mystérieux, intriguant, interpellant, même si j’apprends, au détour de nos conversations qu’elle a un compagnon de vie, pas de chance pour moi, elle m’énerve à ne parler que de lui.

Au bout de quelques semaines, notre relation prend un autre tournant, nous échangeons nos numéros de téléphone et nos conversations téléphoniques deviennent toutes provocations, et nos textos, souvent empreint d’indécence, se changent en sextos.

Elle m’avoue un jeudi soir, que son histoire avec son copain est finie, une aubaine que je ne laisse pas passer.

Posté par jean frederic à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 janvier 2022

RENDEZ-VOUS AVEC UNE GRANDE LECTRICE !!!

Bonjour Christine, ou dois-je dire Ma Belge préférée, je suis heureux et fier de te recevoir ici même dans ma nouvelle aventure « Blog ».

CHRISTINE

 

Alors, venons-en au fait ! Installe-toi confortablement, permet-moi de t’offrir un café, un thé peut-être ou préfères-tu un mojito ? 

Voilà je suis installée confortablement, Bonjour J F, un verre d'eau se sera parfait,

Bien, alors Christine, je vais être curieux, mais je suppose que tu t’en doutes bien étant donné que tu as accepté cette entrevue. Tu es une grande Lectrice sans oublier que professionnellement tu as un travail. Quand aimes-tu lire ? 

Ce n'est pas compliquer je lis tout le temps et partout, dans le tram, dans le train, pendant ma pause midi, le soir dans la voiture ( ce n’est pas moi qui roule hein ! ) et puis le soir devant la télé jusqu'à pas d'heure ,

Comment les choisis-tu ? Quels sont tes styles de prédilections ? 

Je les choisis en fonction de mon humeur, de mes envies, des sorties et quelques fois sur les conseils d'un(e) ami(e) voir carrément d'un(e) auteur(e).

Ton auteur(e) favori(e) ? (Des raisons évidentes à ton jugement …) 

Où là ! C'est difficile de citer mon auteur favori ,,, en polar sans aucuns doutes Franck Thilliez, pour la romance c'est plus compliqué j'avoue il y en a quelques-unes qui sont sur la même marche du podium : Angela Behelle, Sarah Agnes L, Eva Delambre, Eva Adams, Manon Donaldson, Ange Edmon, Lily Haime … comme tu peux le voir c'est déjà pas mal ,Pour la plume masculine j'adore celle de Matthieu Biasotto par exemple.

Le tout premier livre que tu as lu, c’était quoi ? 

Un bon petit diable de la comtesse de Ségur

Ton coup de foudre littéraire ? Le livre qui t’a le plus bouleversé ? (Les raisons à cela)

Je pense que ça été mon tout premier MM . L'effet papillon de Lily Haime. Ce n'est pas le fait que ce soit un MM mais plutôt l'histoire en elle-même. C’est une histoire qui me remuer sensiblement

Pourquoi n’as-tu jamais tenté l’expérience d’écrire ? 

Parce que je laisse cela aux autres qui ont bien plus de talent que moi … Mais qui sait ?

Pour nourrir ma curiosité, j’aimerais aussi te demander si tu regardes la télévision, des séries peut-être ou des films, dis-moi tout ? 

La télé est un bruit de fond en général mais je ne suis pas contre une bonne série ou un bon film, tant qu'il y a de l'action ça me va.

Et la musique dans ta vie, a-t-elle une place ? tes goûts …. 

La musique fait partie de moi si je puis dire , mais pas celle d'aujourd'hui lol … les années 60,80, Barry White, Georges Michael , Queen , Viannay … et pour le moment j'écoute de la musique genre Angel's car oui j'aime l'univers Biker que ce soit musique , lecture , film … et mon tatoueur ( pour son talent )

Voilà, nous arrivons bientôt à la fin de cet entretien, mais j’aimerais savoir le nombre de livres que tu possèdes, car depuis le temps que je te suis sur Facebook, j’ai l’impression que tu as une collection immense ? 

Approximativement je dirais …entre 2000 et 2500 … elle n'est pas à jour !

Évidemment, tu t’en doutes bien mais je souhaite aussi t’interroger sur mon blog, comment trouves-tu mon idée ? 

Je trouve l'idée intéressante et j'y viendrais jeter un œil régulièrement.

Et enfin, étant donné que nous venons d’entrer dans une nouvelle année, quels sont tes vœux et résolutions pour l’année 2022 ? 

Je ne m'impose aucuns vœux ni résolutions car je ne m'y tiendrais de toute façon pas … J'espère juste que cette année sera plus clémente que la précédente. Tu vois, rien de bien difficile.

Christine, je te remercie profondément de m’avoir accordé ce temps, que je sais précieux je sais vu tout ce que tu fais, je t’embrasse et j’espère te revoir bientôt.

Posté par jean frederic à 07:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 janvier 2022

Qui suis-je ?

couverture BLOG

Avouez-le, c’est une excellente question ?

Se confier à des inconnus, des potentiels lecteurs de blogs n’est jamais chose facile. Malgré tout, j’ai envie de tenter l’expérience.

Me lancer dans l’aventure au cœur de la blogosphère par le biais de l’écriture. Quel projet ambitieux et tellement excitant. 

Certes, je ne suis pas un GRAND auteur, à peine une petite graine d’écrivaillon comme j’ai eu l’habitude de le dire dans une autre vie MAIS qu’importe, j’aime particulièrement écrire. Ceci étant dit, ces derniers mois, j’ai vécu des événements qui m’ont empêché de vivre cette passion tel que je le désire. Mon esprit s’est littéralement obscurci, cependant je ne désespère pas retrouver le fil de mes projets plumesques. En attendant ce blog m’inspire et c’est tant mieux.

Je ne m’attends pas à une quantité phénoménale de lecteurs dans l’impatience quotidienne de lire et réagir à mes articles, quelques fidèles me combleront j’en suis convaincu.

D’ailleurs, pour être totalement transparent, je n’ai aucun partenariat avec quiconque, que ce soit les séries, les films, les livres dont je vais parler dans mes articles, tout est financé avec mes propres finances et je n’ai aucune intention de demander de financement à quiconque, seule ma passion est ici présente (bon, si vous désirez me faire des cadeaux, évidemment je ne suis pas contre, vous vous en doutez bien) 

Ah oui, n’oublions pas de préciser que j’ai déjà eu une expérience MAGIQUE, PASSIONNANTE dans l’écriture. Figurez-vous que j’ai eu l’immense chance d’avoir deux livres (un auto édité et un édité dans une maison d’édition) lus par des lecteurs. J’ai, de plus, eu le privilège de participer à des recueils de nouvelles édités dans plusieurs maisons d’éditions entre 2018 et 2021.

Et, pour ne rien vous cacher, le format « nouvelle » est intéressant à exploiter, je vais m’y atteler ici même dans ce blog. Parfois j’ai l’intention d’en poster (certes, dans mes sujets de prédilections que sont l’érotisme et plus particulièrement le BDSM, mais j’ai aussi envie de vous surprendre avec d’autres thèmes, vous découvrirez cela au fil du temps), mais aussi des articles concernant des livres ou autres lus mais aussi des séries ou films vus. Enfin, je n’ai aucune intention de me brider dans mes publications.

Vous allez même découvrir des gens qui, comme moi, sont passionnés dans leurs domaines de prédilections. Des grands lecteurs, chroniqueurs, auteurs, responsables de maisons d’éditions, photographes et j’en passe. De riches moments à partager ensemble vous et Moi dans cette nouvelle aventure. Je suis tellement impatient de vous offrir mes premiers articles. 

Mis à part ça, sachez donc que je suis un homme d’un âge avancé, papa d’une Princesse qui vient de pousser les portes de l’adolescence. J’ai une vie banale (quoi que, ça dépend des jours) MAIS qui me convient bien. J’ai un travail qui me passionne la majeure partie du temps, même si ces dernières années furent assez compliquées (comme tout le monde, me direz-vous, entre la Covid, les confinements, et d’autres événements plus personnels qui ont impactés ma vie).

Hormis l’écriture et la lecture qui prennent déjà une grande part de mon quotidien, je suis passionné de musique (mes goûts sont assez variés. Évidemment, je vous ferais découvrir ce que j’aime). Et parce que vous m’êtes fort sympathiques, je vais vous avouer que j’ai été, durant de nombreuses années, DJ animateur de soirées. J’ai même eu l’honneur d’animer une émission radio pendant deux ans. 

Comme vous pouvez le constater je suis riche d’expériences diverses et variées que je vais développer ici même dans ce blog. 

Je vais vous abandonner pour l’instant. Réfléchir à mes premiers articles, qui sait ! Peut-être même une nouvelle.

Je reste disponible pour vos éventuelles questions ou observations. Je désire que mon blog soit un espace d’échange et de partage avec ceux qui oseront me suivre dans cette aventure.

En attendant : Soyez heureux, prenez soin de vous aux plaisirs.

Posté par jean frederic à 07:58 - - Commentaires [2] - Permalien [#]